Éditorial : Project-îles vous convie à une escale à Mayotte

ProjectilesMayotte17web

Après avoir réalisé le tour littéraire de l’océan Indien, Comores–Madagascar–Maurice–Zanzibar–Mozambique–Réunion, Project-îles jette l’ancre dans les eaux troubles de Mayotte, conscient des écueils représentés par les récifs idéologiques. Les uns se poseraient la question de l’opportunité d’une telle escale, les autres la salueraient tout en restant dubitatifs sur son sens. Nous laissons, aux uns et aux autres, la responsabilité de leurs opinions tout en les invitant, tous, à un accueil dépassionné des productions culturelles, littéraires et artistiques des hommes et des femmes de ces îles de la Lune qui sont aux prises avec des situations adverses ou favorables, complexes qui les dépassent mais qu’ils tentent, tant bien que mal ou maladroitement ou avec une certaine réussite, de comprendre. Ces hommes et ces femmes ne sont pas des anges, non plus des démons : ils portent des idées, sont mus par des convictions, agissent ou plutôt écrivent pour lutter ou tout simplement dire comment ils voient le monde, notre monde. Ces hommes et ces femmes sont ainsi exposés à des erreurs, ne sont exempts de bêtise, comme ils peuvent nous illuminer.

Il n’appartient pas à Project-îles de les juger sur leurs idées – la revue n’en a pas la légitimité – ; elle réclame son objectivité et réaffirme, plus que jamais, son projet de mise en lumière de ce qui se créé, s’invente, s’imagine dans la région de l’océan Indien.

Project-îles fait donc escale à Mayotte (comme elle aurait pu faire/fera escale dans les autres îles de la Lune) parce que, dans cette île, il y a des hommes et des femmes qui créent, inventent, imaginent, notamment par l’écriture, la photographie, la peinture, la musique, la danse, le théâtre. Est-ce que ces créations portent le sceau d’une/l’identité mahoraise ? Comme diraient les Comoriens, pour les uns, ou comme diraient les Mahorais, pour les autres, « Project-îles n’a pas de poitrine assez grande » pour supporter ce débat ! La question ne s’inscrit pas dans son projet initial et s’éloigne de sa ligne éditoriale – pas de discours identitaire ! « Littérature de Mayotte », juste pour mettre en lumière un lieu où des hommes et des femmes écrivent aussi. Project-îles reste convaincue que ses lecteurs aiment, avant tout, les arts, notamment la littérature, dans ce qu’ils leur apprennent du monde et des hommes, de leur beauté et de leur laideur, de leur hauteur et de leur bassesse. Project-îles espère donc qu’ils retrouveront un petit peu de tout cela dans ce numéro.

Faut-il avouer tout le plaisir que l’équipe de la rédaction a trouvé dans les échanges avec les auteurs, les artistes que vous allez lire ou découvrir, et dans leur collaboration sincère et enthousiaste ? Faut-il regretter l’absence de certains auteurs, qui n’ont pas eu le temps de participer à ce numéro ou que la revue n’a pas pu solliciter ou encore qui n’ont pas tout simplement trouvé d’intérêt à répondre à la sollicitation de la revue ? Toujours est-il que cette escale est l’occasion de partager cette passion de la lecture et de la découverte.   

La rédaction

Publicités

Hadith pour une république à naître une invitation au dialogue

Couv_Hadith_2017_08_29.indd

HADITH POUR UNE RÉPUBLIQUE À NAÎTRE

Variations poétiques
Nassuf Djaïlani
Komedit
LITTÉRATURE POÉSIE OCÉAN INDIEN 

«Parole-pollen », ces Hadith sont des bras ouverts sur une parole à naître. Spirale d’une existence en errance entre Nord et Sud. L’histoire d’un voyage sur une mer démontée. Parole murmurée, susurrée pour que vienne la terre, pour qu’éclose le jour, expurgée de la nuit.

Dans la presse :

http://lejournaldemayotte.com/une/eclairage-de-nassuf-djailani-sur-les-tensions-de-larchipel-on-a-echoue-a-reflechir/